Assemblée générale sma 2019
messe d'action de grâce
Assemblée générale sma 2019
passation de la flamme
Assemblée générale sma 2019
Le nouveau Supérieur Général
Assemblée générale sma 2019
Bénédiction

antonioFrdpaulrozarioKrzysztof

Atonio PORCELLATO, Supérieur Général - François de Paul HOUNGUE, Vicaire Général - Rozario FRANCIS, Conseiller Général - Krzysztof PACHUT, Conseiller Général (cliquer sur l'image)

Visite to the pope / visite au pape

soleil« Ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux et comment Il avait ouvert aux nations la porte de la foi ».

Je trouve cette expression très belle : ce que Dieu avait fait avec eux et ils ouvrent la porte de la foi…les disciples témoignent du Christ vivant par leur nouvelle manière de vivre, dynamique et joyeuse, annonçant l’Evangile.

Ils transmettent le trésor qui se révèle en eux d’une manière surprenante. Nous pouvons faire tous les do it que nous voulons, s’il n’y a pas l’expérience de foi comme rencontre du Christ qui nous donne une nouvelle vie, ça ne servira pas beaucoup !

 Nous, sma, sommes aussi le signe vivant de ce que Dieu a fait « avec nous »! Il y a 160 ans que les premiers pères sma foulaient le sol africain. Des communautés sont nés, des anciens ont été installés, d’abord des catéchistes puis un clergé local. Aujourd’hui, la majeure partie des missionnaires ici présents sont des enfants du travail de ces missionnaires ou plutôt de celui de Dieu avec eux. Nous disons merci à Dieu pour le travail effectué par les mains de nos prédécesseurs. Notre témoignage est d’autant plus fort que nous venons maintenant de 4 continents. Que notre fraternité internationale missionnaire, elle aussi dynamique et joyeuse soit déjà un signe en soi. Il nous faut continuer à recruter dans nos anciennes entités, ne serait-ce que pour que notre témoignage soit plus universel et vrai.

Je me suis souvent trouvé à l’évêché de N’Dali pour recevoir des groupes d’européens qui venaient apporter de l’aide. Presque toujours l’évêque faisait un discours pour dire à ces européens : « vous, les blancs, vous nous avez apporté la chose la plus précieuse pour nous, la foi ». Ces gens-là attendaient plutôt des remerciements pour leurs plaques solaires ou lits d’hôpitaux ou compresseurs pour creuser les puits ou je ne sais quoi… Ils étaient un peu désarçonnés par les paroles de l’évêque, qui pourtant parlait très sincèrement… Vous nous avez apporté la plus belle chose qu’on pouvait imaginer, la foi ! La Mission c’est surtout essayer de transmettre la valeur de ce trésor !

Dans la première lecture, les disciples installent des Eglises, ils les confient à d’autres, puis vont plus loin. Les paroles de Mgr de Brésillac vont bien dans ce sens quand il critique ceux qui s’installent… Il y a deux ans, lors de la journée des religieux, à Milan, le Pape François disait que nous devons être « des lanceurs de processus ! », des gens qui mettent un mouvement en marche ; il ajoutait que dans l’histoire, les religieux ont eu trop souvent tendance à vouloir enfermer tout le monde dans une institution. L’Evangélisation est un processus ouvert  qui nous échappe continuellement.

Dans cet Evangile, Jésus nous dit : « Aimez vous comme je vous ai aimé, à cela on reconnaîtra que vous êtes mes disciples ». Communion et Mission vont ensemble. Dans chaque peuple, chaque culture, la manière d’aimer est différente, on pourrait dire aussi dans chaque état de vie.

Quand j’étudiais la spiritualité à l’Université des jésuites, à Madrid, un professeur nous avait demandé de donner notre définition de l’amour. Nous étions 35 prêtres, deux sœurs et deux laïques. Chacun est venu avec une définition, souvent un peu intellectuelle. Mais une femme mariée a pris la parole en nous disant que nous n’y connaissions rien. Pour elle, aimer c’est être à la fois proche de quelqu’un, ne pas pouvoir s’en passer et en même temps vouloir l’envoyer promener, c’est un ensemble de sentiments extrêmes et contraires...

Pour nous missionnaires ad gentes, ad extra, ad vitam, qu’est ce que ça signifie aimer ? Jésus parle d’aimer comme lui-même nous a aimé… Alors regardons sa manière de faire…

Quand on lit l’Evangile, on peut admirer sa patience avec les disciples ; il leur explique longuement les choses et, dès qu’ils sont entre eux, ils se disputent pour savoir qui est le plus grand ! N’avons-nous pas vécu un peu de cela en mission, patience avec les gens, humilité dans l’apprentissage d’une langue ou comme étranger dans un autre pays… Jésus partage la vie de ses disciples avec simplicité, dans la joie et parfois l’adversité. Jésus leur fait confiance, il les envoie au-devant, il leur donne pouvoir sur la maladie et les esprits… On a l’impression que, bien qu’il connaisse les faiblesses de chacun, il voit en chacun d’entre eux un potentiel énorme. Enfin, il leur pardonne, et c’est dans le pardon que Jésus confirme Pierre comme le chef des apôtres et qu’il l’envoie en mission. Être patient, Pardonner, partager la vie en simplicité, faire confiance au-delà de ce qu’on croyait possible ; on a là déjà toute la spiritualité missionnaire en un seul tome.

Dans notre assemblée, il y a une expression qu’on utilisait autrefois mais que je n’ai pas entendu ces jours-ci : l’amour de la Mission ; cette attitude un peu irrationnelle basée sur notre expérience qui fait qu’on veut continuer jusqu’au bout à annoncer l’Evangile parce qu’on se sent poussé à cela, parce que ça nous dépasse et qu’on y trouve sa joie… Cette joie, elle est aussi faite de tous ces petits moments où on sent notre pauvreté face à l’ampleur de la tâche, de cette manière de vivre avec patience et humilité qu’on finit par aimer comme un fumeur aime la cigarette d’après le petit déjeûner ; ces moments qui font partie de nous-mêmes… Que Le Seigneur nous aide à vivre la Mission du fond de notre cœur.